21 juin 2011

CYNIC's lab : noir, encore.

Encore une fois, je me retrouvais dans ce rade, parce que j'avais épuisé toutes mes pistes. Mes indics habituels n'avaient pu me donner le moindre morceau à me mettre sous la dent. L'un d'entre eux m'avait même fait une réponse crytpique, genre Dalaï-Lhama, en esquissant un sourire narquois.

"La réponse est en toi." m'avait-il dit. Mais ça ne faisait pas avancer le bourrin.

En essayant d'apprécier le mauvais whisky qu'on m'avait servi, du style qui sert à nettoyer les cuivres, je me rappelais l'étrange demande de la cliente. Grande, rousse, du nom de madame Rabbit, mais elle préférait qu'on l'appelle Jessica.

"Pourquoi tu as boycotté ma question "Comment tu fais pour te débarrasser de ta mauvaise humeur ? Toi aussi quand t'es stressé t'es imbuvable et après tu t'en veux ?" ?" m'avait-elle demandé.  "Tu peux y répondre maintenant ? "

Non, je ne pouvais pas. Je n'avais pas réponse, il me fallait la trouver. Ma réputation était en jeux. J'avais donc fait la tournée des quelques personnes qui consentaient à me fournir des tuyaux. En échange de services, d'un coup à boire ou d'un sandwich.  Le dernier que j'avais interrogé était un cas à part. Il échangeait des réponses. Et il en avait une palanquée pour moi.

Il a commencé par me brancher sur deux trucs qui se posaient en tant que référence linguistique, me demandant mon avis sur leur pertinence. Je lui ai répondu que c'était pas trop mal, qu'il y avait sans doute bien pire que l'on puisse croiser. Puis il enchaîna sur notre discussion précédente.

"Et la Guyane alors ?" me demanda-t-il. "Elle a quand même 730 km de frontière avec le Brésil." 

"J'y avais pensé, mais je n'étais pas certain, et j'avais la flemme de sortir un atlas pour vérifier".

"Comment as tu pu oublier ce cher Vatican ?" renchérit-il.

"Parce que j'essaye d'y pender le moins possible."

"Qui aurait cru que la Pologne partage une frontière avec la Russie, à cause de l'enclave de Kaliningrad ?" continua-t-il.

"Moi, si je m'en étais souvenu." ajoutais-je, amer. J'aurais du m'en souvenir.

"Zambie, Autriche et Serbie ont 7 pays frontaliers et pas d'accès à la mer, tu crois qu'ils se sentent bien entourés ?"

"L'autriche, maintenant oui. Pour la Serbie, c'est plus difficile. QUand à la Zambie... elle a pas mal de guerres civiles à ses frontières."

Puis il m'énuméra les trois pays ayant le plus de frontières. Terminant par la France. Ce petit vicieux comptabilisais les dom-toms ! Et pour couronner le tout, il n'avait pas ma réponse, mais il me rencarda sur le rade.

"Tu verras, il y aura sûrement quelqu'un pour ta réponse, là-bas."

Voilà comment je me retrouvais au Labo. J'avais failli essayé un de leurs Erlenmeyer, un coktail maison. J'aurais peut-être du. Leur rhum est meilleur que leur whisky.  Après une demi-heure d'attente, à observer la faune locale, je me mis à l'évidence que le Jer s'était foutu de ma gueule. Il m'avait attiré là pour arbitrer un duel avec une petite frappe, connue sous le nom de Tartiflette dans le milieu. Ce dernier voulait ajouter le Swaziland à la liste des pays enclavés. Hélas, je du me rallier à Jer, le pays était bien collé aux deux qu'il mentionnait.

"Tu n'as pas répondu à la question de Jessica pour la stresser un peu plus ?" me demanda-t-il, d'un air narquois.

"Bien sur que non. C'est pas le genre de la maison. Mais je ne sais toujours pas pourquoi."

"C'est ballot," répliqua-t-il "Parce que son numéro arrive."

En effet, elle était programmée ce soir là. Les lumières se tamisèrent, et le piano se fit entendre, soutenant sa voix sensuelle. Tous les regards étaient portés sur elle, tous les pékins de la salle la suivaient des yeux, assidus au moindre déhanché. Après les dernières notes d'I ate my bunny tonight, la salle éclata en applaudissements. Mais elle avait déjà quitté la scène.

Je réglais mon addition, et sortit pour profiter de la fraicheur. Je ne fis pas deux pas quand elle m'apostropha.

"Tu va répondre avant mercredi matin ?"

"Je crois que oui." répondis-je. "Je suis très rarement de mauvaise humeur. En général, je crie un bon coup et c'est parti. Quand au stress, c'est encore plus rare. Et ça ne me rend pas imbuvable."

Ma réponse la fit sourire, mais je ne savais pas si elle en était satisfaite. Alors qu'elle rentrait dans le rade, pour récupérer sa paye sans aucun doute, je m'enfonçais dans la nuit citadine. Avec un peu de chance, j'allais croiser un géant ou son éléphant.


Posté par CYNIC à 22:16 - LRDPC - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires

  • Si t'étais né en 17 à Leidenstadt, t'aurais été meilleur ou pire que ces gens ?

    Posté par jessica, 24 juin 2011 à 09:04
  • Celui qui a écrit le truc précédent est-il dégarni, le cheveu gras, avec un cigare et un imper ? En gros, ressemble t-il à Danny de Vito ?

    Posté par tartiflette, 25 juin 2011 à 11:22
  • C'est un bel exercice stylistique,ça, sais-tu ? Les surréalistes auraient-ils qualifié cela de " cadavre exquis interrogatif" ? Tiens et ça c'est rigolo : http://www.wordle.net/show/wrdl/3804993/Prof_Cynic ?

    Posté par Jer, 26 juin 2011 à 01:10

Poster un commentaire